Médiév'art | Accueil | Références | Produits | Tailles | Photos | Boutique | Promotions | Tarifs | Devis | Délais | CGV
Modèle Médiév´art



La bataille de Castillon
Bataille de Castillon
Le grand bouleversement.


Le 17 juillet 1453, en plein coeur de la Gascogne, près de Castillon en Gironde se livre la dernière grande bataille décisive de la guerre de cent ans. Les anglais commandés par John Talbot sont défaits par l'efficacité de l'artillerie devenue redoutable, utilisée massivement dans une bataille pour la première fois en occident.


Constantinople 1453
Siège de Constantinople
Mais cette même année, presque deux mois plus tôt le 29 mai exactement a lieu un évènement autrement plus considérable qui concerne toute la chrétienté médiévale.



1453 c’est aussi et surtout la prise de Constantinople par les Turcs de Mehmed II qui empêche désormais le passage vers le moyen orient. Cela met un terme définitif aux rêves de futures croisades qui ne seront plus alors que vœux pieux pour justifier des banquets prestigieux et serments de fanfarons, voir le fameux banquet du voeux.

La prise de Constantinople
La prise de Constantinople

Cet évènement marque assurément la fin du Moyen Age. Les limites de cette période transitoire entre le monde antique et la renaissance font parfois l'objet de débats futiles mais il est communément et majoritairement admis que cet âge intermédiaire hétérogène et très mal défini s’étend de la chute de l’empire romain d’Occident en 476 à la chute de l’empire romain d’Orient au XVème siècle avec la prise de Constantinople en 1453.


Il reste bien évident que toutes les populations de ce temps ne se sont pas endormies un certain soir de 1453 pour se réveiller le lendemain totalement différentes. Il est rare que l'on se rende compte sur le moment de la portée historique des évènements.





1000 ans d’histoire se terminent, un monde bascule.


Au siège de Constantinople c'est aussi une formidable artillerie qui révolutionne l'ordre du monde et en particulier un canon gigantesque qui fera trembler la muraille de Théodose. De nombreux savants et artistes byzantins iront se réfugier en Italie, ils rejoindrons le formidable élan culturel de ce pays d'où rayonnera la Renaissance.



veuglaire - Château de Castelnaud
Les liaisons commerciales avec l'orient seront plus difficiles, il faudra chercher à explorer des voies maritimes... A Castillon l’artillerie de Charles VII entièrement réorganisée par les frères Bureau marque la fin des grandes charges de chevalerie à la lance. La Guerre va changer d’aspect, les fortifications devront également s’adapter, les châteaux vont évoluer.


Dernier conflit de type féodal, la guerre de cent ans ne sera officiellement terminée qu'en 1475 avec le traité de Picquigny, mais dans les faits, il n'y aura plus aucune bataille importante ni décisive après 1453.


La bible de Gutenberg;
Bible de Gutemberg

Dans le même temps, entre 1452 et 1454 le premier livre imprimé apparaît en Europe grâce aux caractères mobiles et à la presse à vis de Gutenberg. Toute proportion gardée, c'est pour la diffusion du savoir à cette époque, une révolution un peu comparable à notre Internet si on admet que la rapidité de propagation est proportionnelle à la marche de l'histoire. Plus on avance dans le temps et plus la marche du monde accélère.




La notion de moyen âge.


La plus ancienne mention connue du terme "moyen âge" figure en latin "media tempestas", elle est avérée en 1469, utilisée pour la première fois par les humanistes.


L'idée est reprise au XVIIème siècle avec l'expression "le grand Âge" pour définir la période du Vème au XVème siècle et l'opposer à la Renaissance qui lui succède.


le vocable péjoratif   "Âge sombre"   traduisait un certain mépris des savants du temps pour cette période jugée sévèrement obscure et gothique.



Du Guesclin à Cocherel
Le XVIIIème siècle sera un peu plus charitable, préfigurant l'explosion romantique du XIXème siècle avec son lot de fantaisie qui fera du moyen âge un âge d'or complètement fantasmé et dénaturé.


Une bonne moitié du XXème siècle en fera de nouveau une période obscure, lugubre, terne et violente.


Jeanne d'Arc
Jehanne de Rouen au Panthéon
Pour asseoir la république il convenait de dévaloriser tout ce qui pouvait évoquer l'ancien régime et nos instituteurs républicains ne s'en sont pas privé, tout en récupérant au passage quelques figures phares propres à illuminer l'esprit national.



De Clovis à du Guesclin en passant par Vercingétorix, Jeanne Hachette ou le Grand Ferré tous ont égaillé nos manuels d'histoire à la gloire de la nation, avec une petite touche de Saint Louis pour faire plaisir à la calotte et Jeanne d'Arc en officier de liaison entre le sabre et le goupillon.



Avec la seconde moitié du XXème siècle une nouvelle génération d'historiens médiévistes éveille l'intérêt du public vers une connaissance plus rigoureuse. Ils ont fort à faire pour abolir les lieux communs et mettre à bas les idées reçues et confortées par une vision hollywoodienne qui a malgré tout tendance à se moderniser. Mais le Kung Fu et les effets spéciaux de type bandes dessinées ont toujours la vie dure...



Une période de transition difficile à définir.


Baptème de clovis
Baptême de Clovis
Il est dans la nature humaine un besoin perpétuel de changement qui la pousse à remettre en question ses savoirs, ses acquis et ses valeurs, c'est le plus souvent une bonne chose mais parfois aussi une futilité désespérante.


Certains ont le mauvais goût de vouloir faire se terminer le moyen âge en 1492, certes, une date en vaut une autre mais alors pourquoi pas 1789, ou 1802, voire 1914.


Charles VII
Charles VII
Même si la structuration de la société construite sur le principe de la féodalité reste une constante qui déborde largement le moyen âge, la mode et les techniques sont déjà très dissemblables de Clovis à Charles VII.


En revanche pour la majorité des populations essentiellement rurales, très peu de choses ont changé dans la condition paysanne, les techniques de production et de transport ont peu évolué jusqu'à la seconde moitié du XIXème siècle et la révolution industrielle. Si donc des limites devaient être repoussées, en considérant principalement le mode de vie général des populations on pourrait envisager de faire durer le moyen âge aussi loin ainsi que l'a exposé le très regretté historien médiéviste Jacques Le Goff.


Cependant, même si un gros travail de diffusion et vulgarisation a été accompli, la confusion demeure pour le plus grand nombre à une époque où l'histoire est reléguée à la portion congrue, affaire de spécialistes et d'amateurs enthousiastes. L'homo économicus oublieux du passé confirme sa fâcheuse tendance pour une course en aveugle vers un monde incertain.


Différencier les trois grandes périodes du moyen âge relève déjà de l'exploit pour le commun qui peine à placer dans l'ordre chronologique les figures les plus marquantes, si donc on y rajoute quatre cent ans on ne peut aussi que rajouter à la confusion. L'historien voyage dans le temps avec facilité, mais il ne faut pas enlever les repères pour le randonneur occasionnel.
Extrait de la tapisserie de Bayeux
Extrait de la tapisserie de Bayeux


Philadelphia Museum of Art
La période qui va du Vème au XVème siècle, encadrée par la chute des empires romains d'occident puis d'orient est déjà bien longue et parfois bien complexe mais si riche d’évènements et de transformations qu’il convient d'abord de préciser les forces majeures qui la sous-tendent et ce qui la rend homogène.


Ce qui unifie principalement l'Europe à cette époque et pour schématiser l'essentiel, c’est avant tout la chrétienté face à la montée en puissance de l'Islam apparu au VIIème siècle. Mises à part les rivalités intestines, tout l'esprit de ce temps est occupé de cette opposition.


La restructuration et le maintien d'une certaine cohésion sociale après l’effondrement de l’empire romain d’occident est essentiellement un fait de religion. C’est assurément la puissance de la chrétienté alliée à la force militaire qu'elle a cautionné qui a façonné et structuré la société féodale que l’on a plus tard appelée médiévale. L'actualité nous montre que cette logique du sabre et du goupillon n'est toujours pas dépassée, elle est hélas toujours en vigueur.


Par ailleurs, le déclin de la chevalerie à partir du XIVème siècle, émanation indissoluble de l’esprit chrétien et symbole mythique de cette époque, ruinée et décimée par les guerres féodales fratricides marque bien la fin d’un temps.


Le développement de la bourgeoisie industrielle et marchande en même temps que l'embourgeoisement de ce qui reste de cette chevalerie à l'abri des remparts et bardée d'armures, qui s'expose de moins en moins et tend à guerroyer par procuration voit la valeur de prestige passer de la geste guerrière à la puissance monétaire. L'intérêt financier commence à primer sur le spirituel.

marchands et banquiers lombards Saint Eloi orfèvre, Petrus Christus 1449

Ce qu'il est convenu d'appeler le bas moyen âge, survenu à l'avènement des Valois coïncide aussi avec l'apparition des premiers canons. Que cette époque dite Moyen Âge s'achève en 1453 avec cette défaite militaire et religieuse d'importance aux marches de la chrétienté et de portée internationale paraît donc très cohérent.


Une autre date se veut en concurrence, 1517 et la publication des thèses de Martin Luther dont les conséquences ont effectivement changé la face du monde. Mais alors pourquoi précisément cette date de la publication? Ces théories qui couvaient depuis longtemps ne sont pas tombées du ciel et l'église avait déjà connu bien des vicissitudes et des contradicteurs. Dans cette optique le début des guerres de religion vers 1550 ou 1562 et le déchirements de la société paraîtrait plus judicieux.



presque 500 ans après les vikings, Colomb
débarque sur un continent où vivait déjà une
civilisation grossière rustique et sans âme,
impatiente de goûter au progrès de l'humanité...
Quant à la date la moins pertinente, la prétendue découverte de l’Amérique, évènement extérieur et sans aucun rapport avec la société féodale n’en est qu’une sordide conséquence. Clore le moyen âge en 1492 est une basse complaisance pour nos «amis» d’outre atlantique qui s'estiment déjà seuls porteurs de la vraie civilisation…

Le nouveau monde
Le nouveau monde en attente du bonheur
et d'une vrai religion...

Aujourd'hui l'histoire n'est plus seulement considérée sous l'angle de la geste héroïque souvent mal interprétée car énoncée par les vainqueurs, un renouveau salutaire amène les historiens vers une vision plus humaine de l'histoire sociale ce qui la rend plus riche mais plus complexe. Pour les modestes amateurs dont je suis les dates et grands évènements restent néanmoins des points de repères très commodes pour s'y repérer un peu.


Les périodes qui vont suivre sont tout aussi arbitrairement délimitées, la Pré Renaissance et la Renaissance seront le temps des inventions, des découvertes, des techniques et des arts qui vont se développer avec le très provisoire retour à la paix.


Tout cela nous conduira vers d’autres continents, d’autres guerres et une autre vision du monde. Une première mondialisation des échanges commerciaux entraînera des exodes et des «déplacements» de population au nom du progrès, du profit, et du Christ.


Ainsi va le monde... Ainsi soit-il?




Une rubrique à propos de  la chronologie  récapitule l´histoire et l´évolution de l´armure du Vème au XVIème siècle.


Retour haut de page

Retour aux pages histoire




pour nous contacter


MEDIEV´ART, FOURNISSEUR DES PLUS GRANDS SPECTACLES, FILMS ET CASCADEURS.
Création et fabrication de matériels,   costumes, décors et accessoires de spectacles historiques
Maison fondée en 1990   -   Siège social   ZA de la Brisse   -   secteur 1     Bâtiment I   -   47800 MIRAMONT de GUYENNE
S.A.R.L. capital 7622.46 € - SIRET 405 398 165 00028 - APE 9002Z - TVA FR68 405398165 - Marque déposée 05 3 341688.